Quelques articles

 

« Limiter les naissances. Le cas de conscience des catholiques français (1880-1939), Vingtième siècle, n° 30, avril-juin 1990.

« L’affaire Chanson (1950-1952) : continence conjugale ou érotisme catholique ? », Revue d’Histoire ecclésiastique, 1993, n° 2.

« Le pape, le sexe et la procréation », L’Histoire, mai 1996.

« Humanae vitae. Genèse d’une encyclique », Actualité Religieuse dans le monde, juillet-août 1993.

« L’amour ou les deux fins du mariage de Benoît XV à Jean-Paul II », Ils seront deux en une seule chair, Travaux du laboratoire européen pour l’étude de la filiation, édité par Pierre Legendre, 2004.

Hommage à André Mandouze », Les Réseaux des Parvis, septembre 2006.

« Le préservatif dans la théologie catholique », Golias Magazine, mars-avril 2009.

« Pie XII et la théologie », Témoignage chrétien, 18 novembre 2010.

« La réception d’Humanae vitae », L’Église de France après Vatican II (1965-975), Actes du colloque organisé par le Centre Histoire et Théologie de la Faculté de Toulouse, 16 et 17 octobre 2009.

Print Friendly, PDF & Email

3 réflexions au sujet de « Quelques articles »

  1. Bien qu’il ne soit pas cité ici, nous voulons remercier Martine pour son article sur Golias au sujet du livre « Lettres d’Alice Domon, une disparue d’ Argentine » de Diana Vinoles.
    En tant que soeurs d’Alice, nous avons beaucoup apprécié la teneur de l’article et sa précision, qui montre le sérieux de l’auteur.
    Annie Grazon et Gabrielle Layat

  2. vous avez publié dans GOLIAS du 2 novembre un article sur le dernier livre de John Shelby SPONG. Je partage totalement votre critique. L’exégèse de SPONG est approximative, simpliste, ambiguë. Je suis en train de lire « La résurrection mythe ou réalité » de SPONG. Il affirme utiliser la méthode du Midrash. Il prétend dépasser l’historico-critique . Ce n’est pas sérieux ! Geffré, Kung ou Moingt ou encore Meier sont des auteurs autrement rigoureux.

    • Oui, Spong est ambigü. Son Jésus est sur-idéalisé. Il laisse dans l’ombre tout ce qui n’est pas à mettre au crédit de Jésus. Et dans les évangiles, il y a un certain nombre de paroles ou de faits qui ne sont pas en sa faveur, tel ses malédictions, ses menaces d’un châtiment éternel, sa croyance naïve en une Providence divine (regarez les oiseaux du ciel) et sa croyance en la fin proche du monde avec le Messie descendant du ciel. Même s’il rejette les miracles, les récits de sa naissance et les récits d’apparition, son Jésus est hors de la réalité humaine, paré de toutes les quilité au degré de perfection, sans le moindre défaut. Son Jésus est biaisé, il n’est pas crédible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *